En cours de lecture
Nimbée de blanc

Nimbée de blanc

C’est une ancienne ferme gérée par des moines au XVIIe dont les propriétaires ont fait l’acquisition il y a un an. Pour le couple, installé depuis presque 20 ans dans le Perche, la maison a été un véritable coup de coeur. Ses vieilles pierres, ses beaux volumes, ses cheminées et ses matériaux d’origine résonnaient comme une invitation.

Dans la maison déjà restaurée par ses anciens propriétaires, pas de grands travaux à prévoir, si ce n’est quelques couleurs à changer, quelques finitions à entreprendre. Restait alors la décoration à envisager. Une chance : ils sont tous deux de grands chineurs et aiment par-dessus tout la patine du temps sur les meubles et les objets qu’ils choisissent avec soin. Un vrai terrain de jeu !

Côté couleurs, pour répondre à la vieille pierre lumineuse du Perche, les teintes sont très nature. Du blanc cassé, des bruns, du beige, des argiles, des gris et juste une touche de vert kaki dans le salon pour faire écho à la belle nature du parc naturel du Perche. Des teintes faciles à vivre et dont on ne se lasse pas. Côté décoration, les meubles de l’ancienne maison ont trouvé leur place ici et là, juste complétés par d’autres plus adaptés aux volumes.

Beaucoup de meubles chinés au fil des années dans les vide-greniers et les brocantes ; rien de grande valeur mais tout pour installer une belle ambiance chaleureuse relevée par quelques touches de modernité. On découvre quelques objets et statues religieux qui trouvent parfaitement leur place dans cette maison aux allures saintes.

Patrimoine préservé

La priorité est donnée aux meubles de métier et aux meubles d’usage qui sont conservés avec leur patine ou dans leur teinte d’origine. Dans le salon repeint récemment avec une peinture aux pigments, la gamme va du noir au blanc en passant par toutes les teintes de beige – seul un mur a été repeint en vert kaki. Pour Noël, pas de grand chichi, le décor se suffit à lui-même.

Seul un sapin recouvert d’une pluie de lumière et encore et toujours des bougies. Les trois garçons sont grands et Noël sera surtout tourné autour des moments partagés, plus rares mais plus intenses ! Au coin du feu et devant la grande cheminée d’origine, les conversations vont bon train et on parle de voyages, de musique, d’avenir…

Le décor est ponctué de créations, d’objets rapportés de voyages et des céramiques maison, nouvelle passion du propriétaire. Canapés, fauteuils et luminaires contemporains forment un mix and match intéressant qui contraste avec le classicisme du lieu. Dans toute la maison, tommettes et planchers anciens composent des patch-works cohérents. Les lumières sont traversantes et, même si la maison n’est pas immense, malgré les apparences, les volumes sont confortables et cosy à la fois. Un vrai nid douillet !

L’atmosphère de la maison est apaisante et la vue sur le jardin renforce cette sensation de bien-être. La nature forme un écrin de velours autour de cette vieille demeure et le temps semble souvent s’être arrêté. Seul le chant des oiseaux et le bruissement du vent dans les arbres ramène doucement à la réalité.

Douce patine du temps

À l’étage, trois chambres sont desservies par un couloir monacal. Deux des chambres sont cloisonnées en bois et devaient être à l’origine des cellules de moines. L’état du bois en témoigne et la patine du temps apporte un supplément d’âme. Au bout du couloir, la grande chambre parentale fait aussi office de bureau. Le dressing a été réalisé par les précédents propriétaires avec du bois ancien puis habillé de lin. Devant le lit, un ancien banc de maternelle a trouvé sa place. Les tables de chevet dépareillées sont coiffées de lampes industrielles bricolées. Couvertures en laine, coussins marocains, la décoration est à l’image de la maison : simple et authentique.

© JFranck Schmitt/ Franck Schmitt

© 2019 Blog Maison de Campagne. - réalisation Akyos communication - Mentions légales

Haut de page